pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous Ă  notre newsletter

A voté !

concours de photographie 2007

 

 

PrĂ©sentation | Règlement | JuryPartenairesPrix
| ProduitsEnvoyez vos photos | Le vote | RĂ©sultats |

Vous avez votĂ© et choisi vos trois photographes prĂ©fĂ©rĂ©s parmi les 25 laurĂ©ats.
Voici le résultat de vos votes.
Les trois images que vous avez préférées bénéficient d'une voix dans le vote du jury pour élire les trois gagnants de cette première édition du concours photo de Pixelcreation.fr.
Le palmarès du jury sera annoncé le 25mai.

LATOUR Hélène 11.29%

 

 

PAROUCHEV Deyan 10.13%

 

 

PIEL Gilles 9.21%

 

 

DUBIEN Mireille 6.76%

 

 

BOUILLAND Stéphane 6.22%

 

 

ALTAZIN Sylvain 5.51%

« Pas de raisonnement a priori, ni en acte. Ma créativité, si créativité il y a, s'évertue à s'affranchir de toute intellectualisation. C'est a posteriori que l'oeuvre revêtira sa dimension intellectuelle (ou non). » Cette image d'un « enfant issu de l'immigration défendant fièrement son territoire » fait partie d'une série de « portraits pris sur le vif, spontanés, à l'insu ou non des gens. Une large pmace est donnée à l'intuition et l'empathie à l'égard de mes sujets. Le choix du sépia confère un caractère quelque peu désuet à des problématiques pourtant empreintes de gravité (immigration, sécurité, retraite...). » Appareil-photo : Nikon D50 Retouches : Fonction sépia Logiciel : Nikon Pictures Project

 

 

LAPETITE Timothé 5.42%

« Cette image a pour thème la précarité. Elle est simple et parle d'elle même. Elle est à la fois narrative et interroge le spectateur. J'ai choisi de jouer avec les savoirs partagés de la société contemporaine, à savoir les mains croisées sur un bureau, ici un bureau blanc, comme s'iln 'y avais rien en dessous. Ces mains qui nous annoncent notre chute future, reflet d'une vérité solennelle, un decès social. Qu'il s'agisse d'un licensciement, d'un huissier, peu importe. Les mains véhiculent toujours une image forte, elle sont utilisées ici dans cet esprit symbolique. Les entretiens, les banquiers, toutes les occasions conciliatoires de la précarité ou bien souvent synonymes de cette dernière resident en cette posture. L'attente, l'indescision, la fatalité. » Technique : Canon EOS 350D Objectif SIGMA 18-200mm F3.5/6.3 Retouche de couleurs sous Adobe Photoshop 9.0

 

 

HOFFMANN Liliane 5.24%

« Cette photo illustre le thème du logement. Elle représente une porte d’immeuble d’habitation vue de la rue. La porte est l’entrée d’une habitation, elle est, de la rue, une partie visible d’un lieu de vie. La porte est le lien entre le monde intime du foyer et le monde public de la rue. Elle n’a pourtant qu’un rôle limité, celui de s’ouvrir et de se fermer. A clé parfois. Lorsque la porte est close, elle instaure une frontière étanche entre l’intérieur et l’extérieur. Elle clôt, protège, sépare. Elle est un rempart, une défense de l’intimité. D’un coté. De l’autre côté, il n’y pas d’intimité. Il y a les sans portes, condamnés à coucher dehors, dans l’impossibilité, à tout instant, de fermer la porte derrière eux. Alors, la porte les exclut. Et quand la porte s’ouvre ? Est-elle une ouverture ? Une issue ? Un passage ? La réponse est dans la main de celui qui la tient ouverte… Mais aussitôt elle s’est déjà refermée car elle n’a pas été conçue pour rester ouverte, entrebâillée ou béante. Elle se ferme sur un univers dans lequel nul, s’il n’y est invité, ne peut entrer. Cet univers dissimulé par la porte, n’est révélé vers l’extérieur que par des informations administratives, le nom sur la sonnette, sur la boîte aux lettres, le numéro de l’immeuble. La porte est une carte d’identité, identifiant l’habitant des lieux, l’usager de la porte. Cette porte m'intrigue. Elle est à moitié ouverte et pourtant elle est fermée. Ainsi entrouverte, elle a l’air fragile, vulnérable. On est loin du rempart ici. Malgré cela, sa matière lui donne un aspect solide, robuste. Le noir et blanc lui donne une teinte intemporelle, mystérieuse. » Technique : Cette photo a été prise par un appareil Canon Eos 350 Digital. Elle a fait l’objet de retouches simples grâce au logiciel Picasa : noir et blanc + grains.

 

 

BILLIOTTE Florence 4.62%

 

 

BEAUVAIS Bahia 4%

« Cette photo est tirée d'une série d'images réalisées autour du même terme politique, celui de l'immigration. La politique de l'immigration est un débat qui me touche beaucoup - étant moi-même enfant d'immigrés - mais qui est souvent flou ou radical. Pas mal d'immigrés se sentent impuissants, à tort, face aux rouages complexes du système politique, la communication étant mal adaptée aux attentes de la classe moyenne et pauvre et peu claire au niveau de la compréhension. La plupart des groupes sociaux immigrés restent en marge de la société et de ses débats. Il m'a donc semblé important de les présenter comme des acteurs potentiels et bien présents de la politique française actuelle, la France étant aujourd'hui, en grande partie, métissée. L'idée n'était pas de représenter bêtement des immigrés souriants, à l'image de certaines campagnes politiques, mais d'intégrer ces personnes à leurs contextes réels à l'aide de petits détails comme un rideau ou un papier peint afin de les rendre pour une fois humaines. Chacune des personnes photographiées garde ainsi son identité propre. » Information technique « Cette photo a été prise avec un appareil argentique, le Nikon F100, ainsi qu'un flash non recouvert de calque. Les couleurs (notamment le bleu) ont été constrastées sur Photoshop. »

 

 

FERNANDES Kevin 3.38%

« Cette image s'intitule A côté et aborde le thème de la précarité. » Technique : Image photographiée avec un Canon 350d

 

 

CLEMENT Guillaume 3.02%

 

 

ALLUEVA Anne-Camille 3.02%

 

 

ALLIA Claudio 2.76%

 

 

FEGER Jean 2.76%

 

 

EL GHAZALI Rachida 2.4%

 

 

 

LAIDIOUI Abdelhouab 2.31%

 

 

AUBRY Christophe 1.96%

 

 

BILLIOTTE Florence 1.78%

 

 

DAVID Florence 1.78%

 

 

BEAUDENON Boris 1.51%

 

 

CHELMI 1.51%

 

 

WALZ Michaël 1.33%

Cette photo, intitulée Bloqué devant le feu vert, a été prise avenue des Gobelins en février dernier. Mes prises de vue ont souvent lieu la nuit : il y a plus de sérénité, un rapport plus intime avec le sujet. Mes buts recherchés : faire un travail documentaire et donner à mes clichés une valeur symbolique. Elles expriment plus qu’elles ne montrent ; elles doivent parler à celui qui les regarde, déclencher un jeu d’associations d’images ou, mieux encore, d’idées. » Technique : Appareil-photo : Fuji FinePix S2 Pro (6 mégapixels, monture Nikon) Traitement d’image : Adobe Photoshop CS2 Retouches : contraste, luminosité

 

 

PAROIS Jean-François 1.24%

 

 

CARON Avril 0.8%