pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous à notre newsletter

Chloe Piene et Jeppe Hein

Lieu de réflexions tentaculaires sur les expériences corporelles, le Carré d’Art de Nîmes accueille les travaux de Chloe Piene, performeuse vidéographique, auteure de silhouettes humaines meurtries sur papier et de Jeppe Hein, spécialiste des expériences interactives entre corps et espace. Escapade au cœur d’œuvres complexes.

Occupant chacun une aile du musée, Jeppe Hein et Chloe Piene appréhendent le caractère mouvant du corps dans des optiques, certes bien distinctes, mais qui trouvent une résonnance réciproque dans une recherche de distanciation. Personnalité danoise aux expérimentations proche de la physique et des sciences cognitives, Jeppe Hein s’amuse à placer divers dispositifs à partir desquels une relation ou une répulsion naît entre l’œuvre et le spectateur. A l’inverse, l’artiste américaine Chloe Piene ouvre son univers de dessins sensibles et ses vidéographies de façon frontale, abordant le corps sans convoquer directement celui du regardant. Liée à la dimension mortelle de l’humain, les œuvres de ces deux figures de l’art contemporain présentent deux visions de la perte de contrôle sur soi-même.

Un minimaliste anthropologue

Technologie et ludisme sont les maîtres mots des travaux de cet artiste, à la frontière des sciences et de la prestidigitation. Après son œuvre impressionnante de simplification de moyens, Invisible Labyrinth, (circuit invisible à parcourir dans une salle vide, coiffé d’un casque vibrant, relié par ondes magnétiques au plafond) présentée à l’Espace 315 du Centre Pompidou, il y a deux ans, Jeppe Hein réitère l’expérience et propose cette fois une mise à l’épreuve corporelle au sein d’une œuvre concentrique aux effets miroirs : Spiral Labyrinth I (2007). Empruntant à la fois aux minimalistes du début du XXème siècle et à l’art cinétique des années 1960, il opère une fusion du corps du visiteur et de son œuvre avec une contradiction dissimulée. En effet, si certains artistes de cette période ont conviés le spectateur à agir avec ou sur l’œuvre, Jeppe Hein, lui, le laisse entrer en erreur, perdre ses repères, en concevant des volumes géométriques aux allures de possédés ou d’objets téléguidés sournois. Selon l’absence ou la présence du public, les œuvres s’éveillent ou se rebiffent. Basant son travail de recherche plastique sur le constat des parcs d’attractions, dans lesquels le visiteur est sollicité de toute part, il détourne les stimuli vers des objets originellement stables tels que le cube ou la sphère. Ces derniers prennent ainsi l’apparence de volumes intentionnés. L’artiste n’est ici plus celui qui livre un objet finalisé, mais bien le père d’œuvres à l’autonomie annoncée.

 

Macabres passions

Ce sont des corps mi-charnus, mi-dépecés qui se livrent au regard du visiteur de l’exposition de Chloe Piene. Entre fusains inspirés des gravures de la Renaissance et des radiographies actuelles, et les séquences vidéo où l’artiste elle-même se met en scène, l’œuvre de C. Piene est un mélange de sexualité controversée et d’angoisse mortifère. Les corps, souvent passifs, qu’elle représente place le spectateur dans une dimension de voyeur, à la manière d’Hans Bellmer ou des figures moralisatrices issues de la Bible. Les membres potelés d’enfants sont confrontés aux affres de la maladie sous-entendue ou à la décrépitude inéluctable, dans les fusains de l’artiste qui procède aussi à des hybridations animaux/humains. Sous les visages aux joues creuses, on entrevoit des maxillaires sur lesquelles viennent se poser des mains médites aux ongles apparents qui rappellent les œuvres d’Egon Schiele, (Consolation 01, 2006). L’abstraction est aussi présente, sous les traits nerveux et organiques de compositions énigmatiques (Scale, 2007). Chloe Piene a par ailleurs été comparée et exposée avec Willem de Kooning, au début de cette année, à la Locks Gallery de Philadelphie. Une femme autour de Womens.

 

Agathe Hoffmann - Novembre 2007

Jusqu'au 20 janvier 2008.
Jeppe Hein - Chloe Piene
Carré d'Art, Musée d'art contemporain de Nîmes,
16, Place de la Maison Carrée, 30000 Nîmes.
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h.

 

 

Jeppe Hein Jeppe Hein Jeppe Hein Jeppe Hein Jeppe Hein Jeppe Hein Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene Chloe Piene



XitiMise en œuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive