pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous Ă  notre newsletter

Jean Lurçat

Poète, peintre, grand rénovateur de l’art de la tapisserie en France, Jean Lurçat était surtout un artiste engagé.

Jean Lurçat devant son chevalet, 1927

L’engagement est la notion qui Ă©claire le parcours de Jean Lurçat : peintre reconnu dans le monde de l’Art dĂ©co des annĂ©es 20, il dĂ©cide après la Crise de 1929 de se consacrer Ă  l’art mural, un art tournĂ© vers la sociĂ©tĂ© qui trouve selon lui sa plus haute expression dans la tapisserie. Il y gagnera sa cĂ©lĂ©britĂ©.

Dès 1932, Jean Lurçat collabore avec la Manufacture de Beauvais puis celle des Gobelins, réalisant des chefs d’œuvre comme Les Illusions d’Icare (1938), mobilier et textiles destinés à l’ambassade de France à Moscou. Parallèlement, il participe aux activités de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires et suit, avec Malraux et Aragon, les journées d’amitié pour l’Union Soviétique. En 1936, il part soutenir les Républicains durant la Guerre d’Espagne.

Les désaccords avec les artisans lissiers des Gobelins, rétifs à ses directives, conduisent Jean Lurçat à partir en 1939 soutenir les ateliers privés à Aubusson. Il compose les tentures des Quatre Saisons et donne à tisser une vingtaine de cartons aux ateliers aubussonnais. Signe de son engagement dans la Résistance, il y fait aussi tisser les tapisseries Liberté (poème d’Eluard) et Es La Verdad (poème d’Apollinaire) dès 1942, thèmes qui se prolongeront dans plusieurs tapisseries d’après-guerre. Les années 50 voient Jean Lurçat étendre son talent à la céramique et à la mosaïque, notamment à l’église de Maubeuge et à la Maison de la Radio à Strasbourg.

Poète lui-même, Jean Lurçat réinvente en une vision poétique et symbolique du monde le vocabulaire fantastique médiéval qu’il a découvert avec la tapisserie de l’Apocalypse au château d’Angers : animaux fantastiques et personnages hybrides fourmillent dans ses tapisseries. Renouant avec la tradition ancienne des bestiaires, il conçoit ceux-ci comme de véritables poèmes tissés.

Les thèmes du voyage et de l’espace illuminent aussi ses œuvres d’astres éclatants ou de monuments sublimés tels la colonne Trajan de Rome ou la tour Eiffel de Paris (1958-960). Une force vitale se dégage de ce feu d’artifice : Jean Lurçat, cet homme engagé, nous livre un véritable plaidoyer pour la joie de vivre, à retrouver à la galerie des Gobelins à Paris jusqu’au 18 septembre 2016.

Clémentine Gaspard, juin 2016

00 Jean Lurcat portrait 01 Jean Lurcat Au seul bruit du soleil 02 Jean Lurcat Au seul bruit du soleil 03 Jean Lurcat Tante Annie Jean Lurcat Illusions d Icare Jean Lurcat La petite peur Jean Lurcat La Resistance Jean Lurcat La Terre Jean Lurcat Le Vin Jean Lurcat Les Saisons - L Ete Jean Lurcat Les Saisons - Le Printemps Jean Lurcat Les Trois soleils Jean Lurcat Paravent a 4 feuilles Jean Lurcat Paris Jean Lurcat Rome Jean Lurcat Tropiques



XitiMise en Ĺ“uvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive