pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous à notre newsletter

Art Nouveau Revival

Tombé en désuétude et même moqué après sa brève heure de gloire au début du XXe siècle, l'Art Nouveau connut un retour de flamme dans les années 1960. Le musée d'Orsay revient sur ce subit amour et son influence sur l'art, le design et le graphisme de l'époque. 

L’hommage des Surréalistes

En décembre 1933 paraît dans Minotaure un article de Salvador Dalí, “De la beauté terrifiante et comestible de l’architecture modern’style”, illustré de photographies de Man Ray et de Brassaï, et d’André Breton, “Le message automatique”, établissant un lien entre les messages médianimiques et le modern’style. Cette approche est essentiellement menée à travers les architectures de Guimard, notamment les entrées du métropolitain, et de Gaudí.

Par ailleurs, Dalí s’enthousiasme pour les peintures de Clovis Trouille qui accorde lui aussi une place importante au métro dans ses compositions délirantes. On accède à cette section par le portique reconstitué de la station de métro parisienne « Montparnasse- Bienvenüe ».

Design organique

En 1941, le Museum of Modern Art de New York présente le résultat du concours Organic Design in Home Furnishings, le terme d’organique renvoyant à la souplesse des formes et à l’adaptation de la forme aux besoins de l’homme, deux critères déjà promus par l’Art Nouveau. Dans les années qui suivent, les designers, notamment ceux des années 60, témoigneront du même souci que les créateurs de l’Art Nouveau de conférer à leurs mobiliers et objets un rythme linéaire ininterrompu et de restituer au sein du cadre de vie des formes abstraites suggérées par des entités vivantes de natures diverses. Les matériaux nouveaux, polyester, fibre de verre, polyuréthane, jersey, stretch, permettent aux créateurs contemporains de réaliser des formes d’une fluidité et d’une continuité rythmique parfaites auxquelles n’avaient pu parvenir les créateurs de l’Art Nouveau faute de moyens techniques. Dans cette perspective, la notion d’affinité est privilégiée à celle de filiation. Il ne s’agit pas ici d’établir de manière artificielle l’éventuelle descendance de tel ou tel modèle Art Nouveau mais de dégager au sein d’une confrontation de créations Art Nouveau et de créations des années 1950-1970 des préoccupations communes d’ordre formel, plastique et environnemental.

Psychédélisme

En 1966, apparaissent à San Francisco les premières affiches psychédéliques dont la genèse est liée aux concerts rock et pop organisés par Bill Graham. Elles présentent de criantes affinités avec les oeuvres graphiques Art Nouveau, dont les partis esthétiques sont exaltés par les prises de LSD. Les thèmes récurrents de la chevelure et du paon, le caractère androgyne ou au contraire fortement sexué des figures, la fusion texte/image, la dilatation et les déformations des caractères typographiques, les alternances de fougue et de mollesse au sein d’une même composition sont autant de caractères communs aux créations des deux époques.

C'est à la mode !

Très rapidement l’Art Nouveau devient à la mode. La manière dont s’exprime ce goût du jour est illustrée à partir d’éléments divers. L’immense succès de l’exposition que le Victoria and Albert Museum de Londres consacre à Aubrey Beardsley en 1966 suscite un engouement pour cet artiste dont les créations sont largement déclinées sur des supports variés. Dès le début des années 1960, le décor de film participe à la réhabilitation de l’Art Nouveau, qu’il s’agisse de films dont l’action se situe en 1900 – comme Landru (1962) ou Hibernatus (1969) – ou de films dont l’action se situe à l’époque contemporaine – Les Barbouzes (1964), What’s New Pussy Cat ? (1965)... La section est complétée par des éléments documentaires concernant la place prise par cette mode dans le cadre de la vie quotidienne. Les magazines féminins (Elle, Vogue...), masculins (Play Boy, Nouvel Adam…) ainsi que ceux destinés aux jeunes (Salut les copains, Mademoiselle Âge tendre...) fournissent d’importants témoignages de ce retour en force de l’Art Nouveau dans l’environnement de tous les jours.

Naturalisme

La dernière salle est consacrée au retour des éléments naturalistes dans le décor intérieur qui s’opère au début des années 1970. La démonstration est articulée autour des techniques de travail du métal et de la commande de miroirs passée par Yves Saint Laurent à Claude Lalanne.

Jusqu'au 4 février 2010
Musée d'orsay, 1 rue de la Légion d'Honneur, Paris 7e.
Ouvert tous les jours de 9h30 à 18h30, le jeudi jusqu'à 21h45. Fermé le lundi.
Clovis Trouille, "Le Palais des Merveilles, Hommage au Modern'Style", 1907-1927-1960 Antoni Gaudí, "Miroir pour la Casa Milá", 1906-1910 Alvar Aalto, vase "Savoy", 1933 Carlo Bugatti, chaise "Escargot", 1902 Günter Beltzig, chaise "Floris", 1967 Hector Guimard, "Fauteuil", 1903 Dan Johnson, Chaise "Gazelle", 1958 Verner Panton, "Phantasy Landscape, Cologne, Visiona 2", 1970 Antoni Gaudí, "Paravent provenant de la Casa Mila", 1909 François-Rupert Carabin, "Coffret à bibelots", 1897 Gio Ponti et Lino Sabattini, théière "Aéro", 1956 Émile Gallé, girandole "coloquintes", vers 1902 Claude Lalanne, miroir aux branchages pour l'appartement de Yves Saint Laurent, 1974-1985 Albert Angus Turbayne, affiche pour "Peacock", Edition. Macmillan's illustrated standard novels, 1903 Alfons Mucha, affiche pour le papier à cigarettes Job, 1897 Pochette de l'album d'Herbert Léonard, "Pour être sincère", 1968 Couverture de la revue Movie, Paula Prentiss dans "What's New Pussycat ?", n°14, automne 1965 Aubrey Beardsley, Salomé, "The Peacock Skirt", Pl. 4 du portfolio édité en 1906 "Chanteurs à livres ouverts", Françoise Hardy photographiée par André Berg, février 1968 "Qui sont les filles anglaises ?", janvier 1967



XitiMise en œuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive