pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous à notre newsletter

Design Parade 7

Les lauréats 2012 de ce festival international du design.

La villa Noailles à Hyères est un lieu emblématique. A l’origine, c’est une maison moderne  bâtie par le célèbre architecte Robert Mallet Stevens en 1923-27 pour le couple de mécènes et  collectionneurs d’art Charles et Marie-Laure de Noailles. Après une longue période de déshérence après-guerre, l’association en charge de la villa Noailles a renoué dans les années 80 avec la tradition maison de faire découvrir de jeunes créateurs, et ce dans les domaines de la mode, du design, de la photo et de l’architecture. Le Festival International des Arts de la Mode en est ainsi à sa 23ème édition.

Son petit frère, le festival international Design Parade, s’est tenu début juillet. Les étudiants et jeunes diplômés de design avaient jusqu’au 31 mars pour déposer leurs dossiers. Une présélection de 70 portfolios a ensuite été examinée en mai par un jury de professionnels présidé par le designer François Azambourg, pour retenir une sélection de 10 designers qui font l’objet d’une exposition à la villa Noailles. En ce début juillet, le jury et le public ont eu l’occasion de distinguer chacun un lauréat pour cette septième édition du festival.

Julie Richoz, Grand Prix Design Parade 7

Le jury a décerné le Grand Prix Design Parade 7 à Julie Richoz, diplômée  de l’ECAL (Ecole cantonale d’art de Lausanne). Prenant comme point de départ l’observation d’un système ou d’une matière qui la fascine, Julie Richoz s’en réapproprie l’essence pour créer des objets d’une simplicité ludique et ingénieuse comme l’illustre les séries Arrotolare et Bouleau.

Marc Sarrazin, prix du public Design Parade 7

Le public et les festivaliers ont voté durant les trois jours de Design Parade 7 et ont attribué le Prix du  public  à Marc Sarrazin issu de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle à Paris.Marc Sarrazin envisage le design comme une pratique qui ne se limite pas à concevoir des formes mais également à prendre en compte notre relation à l’objet. Pour lui le terme «fonctionnel» ne signifie plus seulement « adapté à un but », mais s’applique à un ordre ou un système plus vaste, intégrant le langage, la connaissance, etc.  En s’appuyant sur le développement des sciences cognitives, l’avènement des nouvelles technologies, et donnant la part belle à l’irrationnel, complément du rationnel, il cherche des transitions qui lui permettent de s’immiscer dans notre quotidien d’une manière inattendue.

Remarquons le leadership assumé par l’ECAL dans Design Parade 7 : cinq sélectionnés sur dix, et le Grand Prix pour couronner le tout !Tous ces travaux restent exposés tout l’été, en compagnie de plusieurs expos « hors compétition ». François Azambourg dévoile ainsi 127 pièces... voire plus du côté de la piscine, des tapis contemporains envahissent le squash de la propriété, entre autres expositions. Et pas de problème de choix, tout se tient en un même lieu, la villa Noailles, jusqu’au 30 septembre 2012.

Clémentine Gaspard, juillet 2012

01 Design Parade 7 affiche 02 Julie Richoz Grand prix Design Parade 7 03 Julie Richoz Bouleau 04 Marc Sarrazin Prix public Design Parade 7 05 Marc Sarrazin Reveils 06 Michel Giesbrecht Balloo Fannette Pesch gamme flexible Fanny Dora Daedaleas Giorgia Zanellato Net Cabane Henny van Nistelrooy Revolver Lili Gayman Persiennes Maxence Loisson de Guinaumont Beach carpet Sibylle Delclaux Objets sans age



XitiMise en œuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive