pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous √† notre newsletter

La publicité au secours des grandes causes

On conna√ģt le graphisme engag√©. Moins la publicit√© d'utilit√© publique. Souvent vilipend√©e, bras arm√© d'une soci√©t√© de consommation d√©brid√©e, la pub tient pourtant parfois le beau r√īle. Quand ses talents se mettent au service des grandes causes, affiches et films d√©montrent qu'humanit√© et efficacit√© peuvent se marier sur les murs de nos villes. Graphistes c√©l√®bres et agences prestigieuses s'affichent au Mus√©e de la Pub. Pour la bonne cause.

Famines, √©pid√©mies, dictatures, quart-monde... Parce qu'ils savent marquer les consciences, parce que leur travail consiste √† interpeler et faire passer des messages, les publicitaires - mais aussi les graphistes et quelques cin√©astes -  mettent r√©guli√®rement leur talent au service de grandes campagnes de sensibilisation.

Affiches et films

En 120 affiches et autant de films, l'exposition "La publicit√© au secours des grandes causes" expose la fa√ßon dont cette communication s'est d√©velopp√©e pour frapper les consciences. Dr√īles ou bouleversantes, les cr√©ations pr√©sent√©es au Mus√©e de la Publicit√© se r√©partissent en six sections : Les droits de l'homme, L'humanitaire, L'√©cologie, La sant√©, L'aide sociale, L'√©ducation et Le Civisme.

1970 : graphisme d'utilité publique

L'exposition propose de remonter le fil de la communication institutionelle.
Dans les ann√©es 1970 quand apparaissent M√©decins sans Fronti√®res et le ph√©nom√®ne des French Doctors, ces derniers n'ont aucun budget pour mettre en lumi√®re leur action, leur cause. Ils font alors naturellement appel √† des graphistes de leur entourage, partageant les m√™mes convictions politiques, plut√īt pas mal √† gauche. C'est l'√®re du "graphisme d'utilit√© publique" sublim√© par le collectif Grapus fond√© par Pierre Bernard et Fran√ßois Miehe. C'est le r√®gne de l'affiche, media direct, imm√©diat, impactant. Roman Cieslewicz, Alain Le Quernec apportent √©galement leur pierre efficacre √† l'√©difice humanitaire.

1980-1990 : la pub entre dans le jeu

Plus tard, l'action des diverses associations se professionnalisant, les grandes agences de publicité font leur entrée dans le jeu humanitaire. C'est que la concurrence fait rage entre les ONG, que leurs actions se spécialisent et que les discours risquent d'être brouillés. C'est tout l'art des publicitaires que d'apporter discours "vendeur" à ces professionnels de l'aide à autrui. L'illustration chère aux graphistes cède alors du terrain face aux photo-journalisme choc préféré par les créatifs venus de la publicité.

Depuis 1990 : mise en scène de la réalité

Depuis la fin des ann√©es 1990, le photo-journalisme choc n'est plus forc√©ment synonyme de succ√®s pour les campagnes humanitaires. Et c'est de plus en plus souvent une mise en sc√®ne astucieuse et marquante de la r√©alit√© qui est privil√©gi√©e. Le meilleur exemple de cette nouvelle approche √©tant la derni√®re campagne pour la Fondation Abb√© Pierre dont nous avions parl√© ici et qui met en sc√®ne des gens habitant dans le volume des supports publicitaires o√Ļ sont pr√©sent√©es les affiches (4x3, sucette Decaux, etc).

Une exposition très instructive, donc, qui témoigne de prégnance plus ou moins importante du discours humanitaire dans le brouhaha qui nous abreuve au quotidien.

Léonor de Bailliencourt - Janvier 2010
Du 11 février au 9 mai 2010.
Musée de la Publicité, 107 rue de Rivoli, Paris 1er.
Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu'à 21h. Fermé le lundi.
Amnesty International, Quelque part partout, 1978 "Avec l'enfant" "Chaque homme est une oeuvre d'art. Black is beautiful" "La merde des chiens, ça ne tombe pas du ciel" "Maroc, l'envers du décor" "Leila, 100 francs plus tard" "La panthère" "Dès 20 km/h un choc sans ceinture peut être mortel" "Gauloises, La pub tue"



XitiMise en Ňďuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive