pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous à notre newsletter

Titouan Lamazou

Femmes du monde

On le connaissait à travers ses voyages et sa collaboration dans les années 1980 avec feu Eric Tabarly, mais celui qui parcourra les mers est aussi un infatigable observateur des sociétés qu’il traverse, figeant les instants complices sur ses carnets de voyages. Titouan Lamazou a choisi le Musée de l’Homme pour présenter ses peintures, ses œuvres graphiques et photographiques.

 

Voyager pour peindre

Champion de course au large, Titouan Lamazou semble avoir choisi de prendre les rames dans un objectif plus proche de la démarche d’artiste que de celui du pur sportif, avide de sensations adrénalines. En effet, c’est à 17 ans qu’il décide de réaliser un tour du monde, dans l’idée bien arrêtée d’un carnet de voyage qui l’illustrerait.
Au cours de ses nombreux voyages (Chine, Niger, Afghanistan, Bali, Darfour…), il observe, dialogue, cherche le regard et la confiance des peuples qu’il visite. Son œil occidental se pose davantage sur les femmes, muses inconnues ou fraternelles, sa main orchestre et restitue les minutes écoulées en leur compagnie. " En 2002, j’effectuais un voyage exploratoire dans la Corne de l’Afrique pour un projet auquel je songeais depuis longtemps : un ouvrage consacré au monde en général à travers des portraits de femmes. Au retour d’un voyage, je prenais conscience que ce projet dépassait par son ampleur tous les travaux que j’avais menés jusque-là. De la ministre à la paysanne, la destinée des femmes est aujourd’hui beaucoup plus représentative de l’évolution de nos sociétés que celle des hommes qui les dirigent depuis la nuit des temps. " explique-t-il.
  

L’infini des visages, la diversité des techniques

Intitulée du prénom de sa fille (Zoé), l’exposition fait référence à l’ouvrage de Paul Gauguin Noa Noa, cocktail de portraits de femmes tahitiennes. Loin des idées colonialistes, Titouan Lamazou croque les femmes au crayon, griffonnées, et comme caché derrière son objectif, utilisant le plus souvent un grand angle pour livrer l’immensité des espaces comme l’individu qui s’y inscrit. Il intervient également sur les tirages, insistant sur l’ovale d’un visage africain, ajoutant de la lumière sur une arcade asiatique. Vitrines et chevalets trônent dans l’exposition, qui recréée l’atelier de l’artiste. Pas moins de 200 portraits sont ainsi présentés sur les 1000m² du Musée de L’Homme, les tables de travail jonchées de centaines d'œuvres graphiques, de croquis préparatoires, de peintures, de planches-contacts, et de carnets d'écriture.
Si Titouan Lamazou cherche l’inconnu et la diversité en réalisant ces portraits, il est aussi le témoin de vie de ces femmes, moins idyllique que ce qu’en livrent parfois les peintures et les dessins. Zanouba et Blessing, respectivement réfugiées du Niger et du Darfour, racontent leurs vies, leurs envies sous le regard de l’artiste qui transmet, en journaliste de l’image silencieuse.

Religion, misère, danse, maternité (…), les thèmes abordés par l’artiste sont les indices de sociétés qui ne demandent qu’à être rencontrées et comprises.
Zoé Zoé, Femmes du Monde
est une exposition tendre et personnelle d’un homme qui démontre que le voyage ne consiste pas seulement à l’observation, mais bien à la rencontre qui laisse une trace.
 

Agathe Hoffmann – Octobre 2007 

Jusqu’au 30 Mars 2008
Zoé Zoé, Femmes du Monde de Titouan Lamazou
Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, Paris 16ème.
Ouvert tous les jours de 10h à 17h.
Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou Titouan Lamazou



XitiMise en œuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive