pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous à notre newsletter

Loustal

40 ans de BDs et illustrations, mais la retraite n’est pas pour bientôt.

Depuis son livre Carthagène co-réalisé avec Raymond Depardon en 2015, Loustal a publié une nouvelle BD Blackdog début 2016, remake fait avec Jean-Claude Götting de Noir, une BD muette de ce dernier parue en 2012. « Peut-être ma BD la plus classique, l’action est montrée, il y a des bulles pour les dialogues… » estime Loustal de ce polar situé dans la Californie des années 70 « plutôt que dans les années 50, trop rebattues ». Un choix typique de cet aristocrate de la BD dont l’univers artistique a toujours tourné autour des polars, du cinéma et des voyages.

Loustal à la galerie Huberty Breyne

Né en 1956, Jacques de Loustal dit Loustal est architecte de formation. Mais dès ses années d’étudiant, il a bifurqué, publiant son premier dessin en 1977. « Je n’ai vraiment pratiqué l’architecture que pendant ma coopération au Maroc, quand j’avais 27 ans (ndlr : un croquis dans l’expo est une vue depuis son studio d’alors à Casablanca). Mais j’avais déjà publié 2 albums de BD, et on m’attendait plutôt sur ce terrain-là à mon retour. » Ce sera Cœur de sable avec Philippe Paringaux, sa première histoire longue. Loustal aime travailler avec des écrivains, réaliser ce qu’il appelle de la BD littéraire. Le texte, qui figure généralement en bas de la case, lui donne l’idée de l’image. Il pense d’abord aux lumières, visualise alors les couleurs avant de se mettre au dessin. « J’aime les histoires noires, pour leurs atmosphères et lumières, et je me raccroche au cinéma pour être plus visuel ». Loustal considère à ce titre Le sang des voyoux (2006, scénario Philippe Paringaux) comme une de ses meilleures BDs, car dense d’écriture et avec des références aux films de Jean-Pierre Melville. Une histoire qu’il espère d’ailleurs voir bientôt adaptée au cinéma. Curieusement, Loustal ne s’est jamais lancé lui-même dans le cinéma, même d’animation. « C’est un autre métier, peut-être trop difficile pour moi, et puis les projets y sont très longs. Mais je me dis que Chico et Rita de Javier Mariscal, dont le style méditerranéen est proche du mien, montre bien ce que cela aurait pu donner ».

Pour ses carnets de voyage comme Esprit d’ailleurs (2014), Loustal procède plus directement, croquant au fusain ou à l’encre de chine les paysages avant éventuellement de les compléter en aquarelle.

Loustal procède par cycles. Il travaille sa BD avec enthousiasme puis, quand l’ennui le gagne, passe à la peinture et l’illustration, voyage… Outre Blackdog, l’année 2016 a été marquée par une édition augmentée avec CD de son classique Barney et la note bleue (1987), ainsi qu’une édition illustrée du roman Un nouveau dans la ville de Georges Simenon dont on peut voir les dessins ce week-end du 19 novembre 2016 dans le cadre du festival Paris Polar à la mairie de Paris 13ème. Il a aussi réalisé des illustrations pour le livret et les deux CDs d’un coffret sur le film noir français. Retour à la BD : Loustal cherche actuellement le texte, celui qui va lui donner l’idée de grandes images, de l’atmosphère de de sa prochaine BD.

En attendant, la galerie Huberty Breyne à Paris a sélectionné une centaine d’oeuvres de Loustal, planches aussi bien qu’illustrations et peintures : des « pièces iconiques, un peu des jalons de ma vie » à voir jusqu’au 3 décembre 2016.

Paul Schmitt, novembre 2016


Jacques de Loustal LOUSTAL  Affiche du film La vie peu ordinaire LOUSTAL Couverture de Voile de mort de Didier Daeninckx LOUSTAL Esprit d ailleurs - Bora Bora LOUSTAL Esprit d ailleurs - Utah LOUSTAL Pigalle couverture LOUSTAL Planche Barney et la note bleue LOUSTAL Planche Coeurs de sable LOUSTAL Planche Freres Adamov



XitiMise en œuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive