pixelcreation.fr - amoureux de l'image

  • > Abonnez-vous à notre newsletter

Palefroi Visions

Je prends tes yeux pour voir et je n’y comprends rien

Comment arriver à créer ensemble, en existant séparément ? En se mettant à la place de l’autre répond Palefroi.

Palefroi, on vous avait parlé de ce duo (Marion Jdanoff et Damien Tran) d’illustrateurs et sérigraphes lors de leur passage à MyMonkey à Nancy l’année dernière. Leurs approches des images sont différentes : figuration et formes décousues de narration pour l'une, abstraction et recherche formelle pour l'autre. Et ils font de ces différences un atout et même une méthode de travail comme l’explique Marion Jdanoff en introduction à leur dernier zine Visions.

« On nous a offert A dessein, le dessein, transcription d’une conférence de Jacques Derrida. Il y évoque la préparation de l’exposition « Mémoires d’aveugle » qui se tint au Louvre en 1990-91 et dont il assura le commissariat. Derrida parle du choix des motifs retenus, de son rapport à l’art et de l’importance toute particulière que revêtent le trait et le dessin dans son travail philosophique. Ce livre a passionné Damien.

Je l’ai lu à moitié. J’ai trouvé, entre autres, que considérer la figure de l’aveugle comme symbole de la frayeur absolue du dessinateur, c’était n’importe quoi et j’ai arrêté là. Une fois de plus, on pouvait tracer une ligne entre nous : Damien, abstraction, forme, gestes, traces vs Marion, figuration, fond, histoire, signes. Et nous nous sommes attachés à la franchir.

Nous avons gardé le point de départ proposé par Derrida, le dessin, la vision, l’œil, voir, beau dessin, pas beaux dessins. Nous y avons accolé des visions, le spectacle des apparitions, et tout un pan ésotérique.

En nous appuyant sur ce mot de « Visions », nous avons multiplié les exercices pour dessiner à deux, contre, ensemble, dessus, à côté, avec. Pour se rapprocher du dessin de l’autre, nous avons dessiné dans le noir, en marchant, à la place de l’autre.

Par glissement, le dessin est devenu médiateur de notre relation de travail, une thérapie de couple. Un terrain d’entente, un juste équilibre sans cesse bousculé, un medium. »

Et cette drawing battle a donné naissance à un zine (en vente sur place) et maintenant une exposition, à la Slow galerie à Paris jusqu’au 1er juillet 2017. Le sous-titre « Je prends tes yeux pour voir et je n’y comprends rien » souligne la difficulté de comprendre l’autre, de travailler avec lui plutôt que de l’affronter. Une thématique qui dépasse bien évidemment la seule relation de travail de Palefroi, à vocation universelle.

Clémentine Gaspard, juin 2017

01 Palefroi Visions affiche 02 Palefroi Visions 03 Palefroi Visions 04 Palefroi Visions 05 Palefroi Visions 06 Palefroi Visions 07 Palefroi Visions 08 Palefroi Visions 09 Palefroi Visions



XitiMise en œuvre technique : Typo3 Oblady  -  Conception Internet par Pixel Interactive