Affiches revisitées

Affichistes forcenés, Eugène Grasset et Jules-Alexandre Grün sont à l'origine de nombreuses images populaires du début du XXème siècle, le premier s'inspirant du Moyen-Age, l'autre de la vie parisienne et de ses tumultes. Jamais encore leurs travaux graphiques n'ont été rassemblé. Les Silos proposent une nouvelle lecture, celle du graphiste Gianni Oprandi.
 

Rêverie versus sauterie

Grasset donna aux dictionnaires Larousse ses lettres de noblesse, à travers un pissenlit se dispersant au gré du vent, Grün fut l'un des représentants les plus imprégnés des cabarets parisiens. Leurs démarches et sources d'inspiration opposées, il semblerait donc qu'aucune passerelle ne soit édifiable entre les deux artistes. Pourtant, la femme s'impose comme représentation récurrente dans leurs oeuvres respectives. Exubérante et festive chez Grün, elle constitue le symbole de la tradition nocturne parisienne. Coiffée, corsetée et cambrée, elle insuffle une légère note de débauche et de séduction dans les compostions de l'affichiste français. A l'inverse, Grasset prolonge la tradition romantique, en prêtant à ses silhouettes féminines des postures angéliques et valeureuses, proche de la canonisation....

 

Cadre et décadence

Si l'influence du japonisme est perceptible dans l'oeuvre graphique de Grasset, il n'en applique pas nécéssairement le système de composition. Orthonormées, ses affiches ciblent le regard au centre du sujet selon des cadastres invisibles, leurs conférant un caractère captif, constaté dans les oeuvres du mouvement gothique. Le style de Jules-Alexandre Grün annonce indéniablement l'art moderne, à travers l'utilisation d'une typographique volontairement disproportionnée et volubile. Des aplats de couleurs s'affrontent, happant le regardant vers les zones clées de l'affiche, soit l'audacieuse cambrure de cette femme enrubannée du Concert européen, Veux-tu grimper?, 1898. 


L'harmonie inattendue


Autour de cette exposition rassemblant plus de trente affiches, sur le modèle du cabinet de curiosité, les Silos ont choisi de laisser libre cours à l'imagination d'un des participants du Festival International de l'affiche et des arts graphiques de Chaumont : Gianni Oprandi.
A partir d'éléments issus des compositions des exposés, celui qui fut aussi l'assistant de Pierre Ponant a conçu tous les outils de communication de cette curieuse exposition, mêlant parodie, synthèse de deux stylistiques et ornement.

Entre réactualisation d'images, souvent considérées comme épuisées et organisation des noirs et des blancs savamment dosée, Gianni Oprandi apporte l'ultime touche de fraîcheur à travers un pannel de propositions graphiques, du flyer à l'affiche.

Vintage, kitsch et nostalgie, Lavoisier avait décidement raison.


Agathe Hoffmann – Septembre 2007

Jusqu'au 13 octobre
Les Silos, Maison du livre et de l'affiche, 7/9 avenue Foch, 52000 Chaumont.
Le mardi, jeudi et vendredi de 14h à 19h, le mercredi et samedi de 10h à 18h. Fermés le dimanche et le lundi.