Villemot

Le plus peintre des grands affichistes français.

Moins graphique qu’un Jean Carlu, plus abstrait dans ses compositions que Savignac ou Paul Colin, Bernard Villemot se définissait d’abord par son amour de la couleur. Influencé par les grands peintres de son temps  (Matisse en particulier), il a très tôt simplifié sa ligne graphique et utilisé de grands aplats de couleur vive délimités par un trait vigoureux. On qualifie souvent son style de « lyrisme décoratif ».

Né à Trouville, Bernard Villemot (1911-1989) réalise adolescent ses premiers dessins amusants à l’imitation de son père, le dessinateur Jean Villemot. Au début des années 30, il s’initie à l’art de l’affiche à l’école de Paul Colin à Paris. « L’enseignement le plus précieux que j’ai tiré de Colin, résume Villemot, est celui de réaliser des affiches comme des peintures ». Il commence sa carrière en fondant un atelier avec quelques camarades, puis les années de guerre le voient obligé de réaliser des commandes alimentaires (affiches pour le régime de Vichy). Après-guerre, il réalise aussi des affiches enthousiastes pour les grandes causes nationales,  et sa carrière d’affichiste publicitaire décolle très vite avec de premières affiches pour Air France en 1946. Des années 50 aux années 80, il travaille pour nombre de clients prestigieux ; ses collaborations de longue durée avec Bally, Orangina et Perrier ont produit des œuvres historiques.

Responsable de l’identité graphique d’Orangina à partir de 1953, Villemot réussit à en renouveler l’imagerie dans la durée en restant fidèle aux choix graphiques et au code couleur originaux. Dès 1953, il invente pour la marque le motif de la pelure d’orange en forme de spirale qui en devient le symbole. Une création à base de contrainte : Orangina ne pouvait figurer un fruit car la boisson contient moins de 20% de fruit…
Villemot travaille en même temps pour Perrier (dès 1956), et il lui faut conserver pour chacune des marques une identité différente : vert et jaune chez Perrier, jaune, bleu et orange chez Orangina.

Villemot, tout comme Savignac, sait jouer avec les contraintes de la commande pour exprimer son talent. Certaines affiches qu’il réalisera pour Bally sont très osées, la référence à la chaussure n’y est visible que pour les spectateurs les plus attentifs… Et pour Perrier, l’image qu’il peint en 1984 d’un couple s'enlaçant sur la plage n’a plus beaucoup de lien avec la bouteille d’eau gazeuse, laquelle devient prétexte à une sorte de fantasmagorie expressionniste.

Grâce à un don des enfants de Bernard Villemot, la Bibliothèque Forney à Paris, logée dans le magnifique Hôtel de Sens, détient une collection de plus de 150 œuvres de l’artiste. Elle en expose une centaine jusqu’au 5 janvier 2013.

Paul Schmitt, novembre 2012


Galeries à voir sur les mêmes sujets:

> Affiches de voyage 1920-1950

> British posters for transport