Helmo

Helmo, un duo de graphistes qui préfèrent les images riches aux images simples.

Ne revenons pas sur leurs débuts, nous vous en avions parlé en leur rendant visite il y a quelques années à La Bonne Merveille, collectif alors formé avec Thomas Dimetto, plus quelques autres artistes. Depuis, Thomas Couderc et Laurent Vauchez ont repris leur indépendance et fonctionnent ensemble sous la dénomination Helmo. Ils continuent ainsi leur pratique de designers graphiques:  des affiches, des objets d'édition, de la création d'image, de la signalétique - muséographie, un peu de création typographique, des interventions graphiques-artistiques à l'échelle de bâtiments parfois.

A l'instar de beaucoup de graphistes - Michel Bouvet, Michal Batory, etc. - Helmo privilégie les relations avec les institutions culturelles.  «  L'espace public propose le plus souvent des images dites "efficaces", expliquent-ils, qui délivrent un message univoque et pauvre pour le regard et l'esprit : ces images ne livrent rien de plus qu'on les regarde 1 seconde ou 5 minutes. Nous essayons de produire des images équivoques, complexes, avec des feuilletés de lecture possibles, que ce soit dans le temps (une affiche que l'on puisse regarder plusieurs fois en y découvrant des choses différentes) ou dans la distance (une image qui propose une lecture différente de près ou de loin). L'occupation de l'espace public par des images non-uniformisées est un réel enjeu, et nous pensons qu'une image qui "résiste” au public, qui ne se livre pas entièrement dès le premier regard est tout aussi “efficace“ en ce qu'elle interpelle l'intelligence du spectateur. »

Quelques clients fidèles les ont suivis dans cette démarche depuis le début des années 2000, dont le festival Jazzdor à Strasbourg, et Jérôme Delormas, alors en charge du Lux (scène nationale de Valence) et maintenant directeur de la Gaîté Lyrique.

La « patte » Helmo
A défaut d'avoir un style unique, le duo Helmo procède d'une méthode particulière, bien à lui, d'empilement, de couches pour produire les « feuilletés de lecture » recherchés. Matériaux, encres, couleurs, se rencontrent, sont retravaillés avec l'ambition  de « produire des objets imprimés ambitieux et singuliers ». Une façon aussi de contrecarrer la tendance à la standardisation que les contraintes budgétaires font peser sur les acteurs de la chaîne graphique.

Justement dénommée Stratigraphie, l'exposition à la galerie My.Monkey à Nancy, jusqu'au 1er juin 2012, présente une sélection d'affiches grand format d'Helmo ainsi que d’autres travaux de commande du collectif (objets, cartes, brochures…) en lien avec les affiches. Des travaux « ambitieux et singuliers », tout comme leurs créateurs.

Paul Schmitt, avril 2012

Galerie à voir sur le même sujet:

>> La Bonne Merveille