Black Frog

Scénariste, illustrateur, DA et designer, Igor-Alban Chevalier aka Black Frog excelle sur tous les fronts.

Versatile et avide de découvertes, Igor-Alban Chevalier l’est depuis son enfance. Fils d’antiquaire, et donc entouré de beaux objets classiques, il suit ensuite des études en arts appliqués (architecture, design) et débute sa carrière comme illustrateur chez Atari à Lyon avant de rejoindre le studio d’effets spéciaux Jim Henson’s Creature Shop à Londres en 1997. « J’y ai trouvé une ambiance chaleureuse, avec des gens ayant 30 ans d’expérience et qui t’initient au métier : une vraie école. Et j’y ai appris aussi beaucoup de petites choses utiles, par exemple à sculpter à travers du cellophane pour faire des replis de peau quand on fait des prosthetics. »

Passé freelance en 2002, Black Frog déménage à Los Angeles et travaille pour nombre de projets audiovisuels, cinématographiques ou de jeux vidéo. La liste de ses compétences sur son profil LinkedIn est en soi un véritable générique :
Director / Conceptual Illustrator / VFX Art Director / Sculptor / Creature & Production Designer / Storyboard Artist. Il a participé à des films comme Harry Potter ou les X-Men (DA ou designer), ainsi que sur des jeux comme Halo et Dungeon Hunter 4 (level designer).

De retour en Europe en 2010, Black Frog continue ses collaborations avec Ubisoft, Gameloft et Ankama. Parallèlement, il développe ses propres projets éditoriaux parce qu’il aime raconter des histoires et cultive le contact direct avec le public. Principaux faits d’armes: Les Carnets de la Grenouille Noire, des romans graphiques largement autobiographiques ; La Dynamo,  mélange d’Art Book et de magazine pour servir d’exutoire à sa créativité graphique ; et des comic books où ce fan de Batman ou Conan leur invente et dessine des aventures.

Il y a aussi ces projets que Black Frog compte publier sous son propre label Dynamo Press : Maggot, un roman graphique sur une fille qui meurt à la page 9  et devient l’assistante de la Mort ; The Truth, roman graphique sur un homme qui ne peut s’empêcher de dire la vérité ; un recueil de 200 illustrations de science-fiction ; et Stone Monkey, un projet de 25 livrets pour mettre une antique légende chinoise en images, sans bulles, plutôt façon estampes.

Malgré tout, Black Frog trouve encore le temps de dessiner librement, et d’exposer quelque 80 œuvres, représentatives de son parcours, à la galerie Arludik à Paris jusqu’au 3 mai 2014. Presque un moment de pause pour celui qui reconnait « mener toujours 30 projets de front ».

Paul Schmitt, avril 2014