Apple Expo 2008

Ce n’est pas vraiment une surprise, l’information avait été diffusée il y a quelques mois, mais l’effet produit tout de même un choc aux vieux habitués de l’expo : Apple n’a pas jugé bon d’être directement présent, alors même que se fêtaient les 25 ans d'Apple Expo !

 Apple Expo garde ses dates habituelles (du 17 au 20 septembre cette année), mais veut évoluer en rajoutant "Remix" à son nom, soulignant ainsi sa nouvelle vocation musicale et son côté plus bigarré que jamais. Ainsi, après avoir franchi la barrière de contrôle de l’entrée, tombe-t-on sur l’un des plus grands et des plus brillants stands du petit hall 5 de la porte de Versailles : celui de Mini. Oui, la voiture ! Certes, les multiples versions du nouveau modèle sont équipées en série d’une interface spécifique et dédiée à l’iPod, mais le Mondial de l’automobile, ce sera dans 10 jours… Le seul stand plus grand que celui-là est occupé par Microsoft. Autre signe des temps, les ennemis d’hier sont quasi devenus associés. Pour sa part, le stand Nike met en avant NikeID : un article vierge (chaussure, vêtement, équipement) auquel vous ajoutez, selon votre inspiration, couleurs, matériaux et identité personnelle. Le produit vous est livré quatre semaines plus tard. Les temps ont changé qu’on vous dit !

On aurait pu aussi sous-titrer « les marchands du Temple ». Une majorité de stands ne se contente pas de démontrer ou promouvoir ses produits, ils sont de véritables boutiques offrant toutes des prix spéciaux pour le salon. Pratique initiée il y a quelques années déjà. Mais s’il est vrai que l’on avait vu alors arriver les stands de vente des « cash and carry », et ceux-là ayant largement disparu, de nombreux petits stands ne sont que des boutiques qui vendent « skins », sacs de transports ou systèmes de haut-parleurs pour iPod et iPhone. Ils ne semblent pas être venus pour autre chose, certains, même, venant directement du Japon.

La musique supplante l’image
Il est loin le temps de la splendeur d’Apple Expo, celui où le CNIT et son parvis de La Défense étaient entièrement investis, animés, par la marque à la pomme. Fruits qui étaient d’ailleurs disponibles à volonté à l’angle de toutes les allées. Foin de nostalgie, c’est maintenant un petit salon, très largement dédié à l’iPod, à l’iPhone, à leur myriade d’accessoires et logiciels en tous genres. C’est pourquoi beaucoup dans les allées prédisent déjà que nous assistons là à la dernière édition de cet événement autrefois majeur. « Distributique » s’en fait l’écho à sa façon : ce magazine spécialisé annonce 30 000 visiteurs contre 54 000 l’an passé. Les « vendeurs » semblent pour leur part satisfaits et annoncent avoir rempli leurs objectifs. Les chalands seraient donc venus faire leurs emplettes à tarif préférentiel plutôt que de traquer les nouveautés et les tendances.

C’est évident depuis plusieurs années, les arts graphiques ne sont plus le fer de lance d’Apple qui se qualifie d’ailleurs volontiers aujourd’hui comme éditeur de musique. Un opportunisme initié par le génie marketing de Steve Jobs et qui porte ses fruits, la société n’ayant jamais engrangé autant de bénéfices que maintenant. Raison sans doute pour laquelle Adobe est présent au travers de ses ateliers et de deux petits « stands-présentoirs » de l’espace professionnel permettant de rencontrer les démonstrateurs.

Les acteurs principaux du marché arts graphiques sont absents ou ne se montrent que sur un petit stand, tels Quark ou Diagonal ou encore le distributeur Mediaworks (ici en photo). Les intégrateurs ne sont pas venus, Corel non plus. Les constructeurs sont majoritairement présentés par leurs revendeurs. HP fait exception avec un bel espace où il présente bien sûr ses imprimantes (rien de nouveau pour l’instant), ses multifonctions, mais aussi un superbe écran graphique (voir plus bas). Mais HP s’offre aussi le luxe de présenter ses unités centrales, également séduisantes, mais qui tournent sous Windows !

De nouvelles initiatives

Reed Expositions n’a  pas ménagé ses efforts pour rendre ces quatre jours attractifs, la structure du salon ayant été soigneusement étudiée. À gauche de l’entrée, l’Agora des talents numériques est un théâtre de 200 places où se succèdent conférences et présentations animées par des spécialistes reconnus, des animations « Apéro-rock » concluant chaque journée. Des mini-stands répartis sur son pourtour permettant de compléter éventuellement auprès de « coaches » les informations obtenues lors des sessions.

 

 

 

Non loin de là, l’espace professionnel, organisé autour des « Ateliers Adobe », est une vraie salle de cours équipée d’iMac à chaque place. Des sessions de formation sur les logiciels Adobe y sont organisées chaque heure. Cet espace comprend également une série de « stands-présentoirs », équipés chacun d’un iMac et classés par pôle d’activité, où l’on pouvait voir des démonstrations d’outils tels que Graphic Converter, par exemple.

La zone située à droite de l’entrée est la partie à dominante « commerciale », là se retrouvent la majorité des stands de vente de fabricants ou de revendeurs.

À l’extérieur, devant l’entrée reportée sur la plate-forme, car le salon est trop petit pour bénéficier de l’entrée sur l’allée centrale, la bulle transparente de Logitech abrite un disk-jockey et son matériel, les amateurs pouvant y venir pour mixer les morceaux de leur iPod personnel. À côté, la piste d’entraînement de Nike qui prête une paire de chaussures pour tester Nike + en conditions réelle. Le succès ne semble toutefois pas avoir été au rendez-vous de ces deux animations… Enfin, prolongement de son stand intérieur, Mini expose sa gamme de chaque côté de la porte.