Une typo déconstructiviste

Vous êtes sur la page 6 > Celsian, une typo déconstructiviste
Page 1 > B&P Typefoundry, portrait
Page 2 > L'Hebdo, naissance d'une police de caractère
Page 3 > Sang Bleu, le magazine artistique du tatouage
Page 4 >Romain BP, caractère royal
Page 5 > Esquire, gentlemen font

Initialement  baptisée Phedan, la Celsian a été conçue comme une police calligraphiée et déconstructiviste. Rien que ça.

"La Celsian est née d'une réflexion et d'un travail sur les fonts et les typos. Nous souhaitions produire une font calligraphiée mais moderne. Les typographies calligraphiées historiques ont pour propriété de pouvoir être déconstruites en un petit nombre de formes basiques. Ces formes ont été générées par les mouvements répétitifs de la main pendant la retranscription manuscrite de livres entiers."

"Le projet s'est organisé autour de deux phases d'égale importance. Dans la première partie, il nous fallait comprendre le contexte historique des typographies calligraphiées, en extraire les formes basiques, les comprendre. Dans un deuxième temps, il nous a fallu simplifier ces formes, les redessiner et les réorganiser en une police complète."

"D'un côté, la tradition néerlandaise de typographie calligraphique est réinterprétée et adaptée aux contraintes formelles de production numérique. De nombreux typographes ont d'ores et déjà défricher la route. Parmi eux, Gerard Unger, Mikael Mayor, Fred Smeijer ou encore Peter Bil'ak.
D'un autre côté, l'approche constructiviste est typique de la culture typographique rationnaliste des suisses."

L'esprit calligraphique

"Dans l'esprit de la tradition suisse, une police comme la Simple de Norm témoigne d'une attitude typographique moderne."

"La décomposition basique s'est basée sur la technique du pochoir. Notre objectif était qu'avec un minimum de formes combinées entre elles, on puisse former tous les caractères de l'alphabet romain.
La technique du pochoir crée d'intéressantes caractéristiques formelles, comme les courbes brisées à l'intersection des formes."

Un typo numérique

"Quand est arrivé le moment de transformer ces formes au pochoir en une police complète et entièrement numérique, nous avons dû procéder à quelques ajustements. Certaines caractéristiques formelles ont été gardées, d'autres ont dû être abandonnées, tout cela dépendant de leur comportement une fois réduites et imprimées à des tailles typographiques.
Par exemple, les points de rupture et de connection ont dû être exagérés pour garder leur aspect spécifique. Certains empattements ont été ajoutés, comme sur le C. Des formes fermées ont été ouvertes pour rappeler avec évidence l'aspect pochoir."

< page précédente