DDessin 2017

Notre Semaine du dessin 2017 contemporain en deux salons:

> Drawing now 2017               > DDessin [17]

Le rendez-vous annuel de la jeune scène artistique travaillant le dessin sous toutes ses formes.

Plus intime que Drawing now, DDessin profite des verrières zénithales de l’Atelier Richelieu à Paris pour mettre en valeur du 24 au 26 mars 2017 les artistes émergents présentés par une vingtaine de galeries. Avec en bonus 3 solo shows (Harold Guérin, Cyrielle Gulacsy et Brigitte Lurton), un Corner Illustrateurs avec 5 artistes français, une sélection de jeunes artistes étudiants et d’auteurs sélectionnés par l’Ecole Européenne Supérieure de l’image (EESI) d’Angoulême, une conférence dédiée au dessin à l’ère du numérique le vendredi 24 mars, et même des projections de films sur la thématique du dessin.

Choisi par Eve de Medeiros, directrice fondatrice et co-directrice artistique du salon, François Andes est le coup de cœur de ce DDessin 17. Né en 1969, vivant et travaillant dans le nord de la France, François Andes présente ici Les Préparatifs, 5 dessins de même format et basés sur le principe technique du cadavre exquis : les traits du bord d’un dessin sont les points de départ d’un autre, qui se raccorde au premier et en est indépendant à la fois. Son travail prend comme source d'inspiration et de réflexion l'expérience d'un paysage sauvage et ses processus de transformation, en particulier la forêt primale ou ancienne comme lieu d'animalité potentielle.

Prix DDessin 2017

2 prix ont été décernés ce samedi 25 mars 2017 à DDessin [17].
Le 1er prix a été attribué à Marie Havel. Marie Havel, née en 1990 à Soissons, vit et travaille à Montpellier. Récemment diplômée de l’École des Beaux-Arts de Montpellier, elle développe un travail autour de la ruine et de son appréhension à travers ses souvenirs d’enfance, des expérimentations sur les médiums et les matériaux. La tension entre construit et déconstruit, entre découverte et recouvrement, entre jeu et ruine, prend la forme de dessins, de photographies et d’installations.

Le 2ème prix a été remis à Claire Morel. Née en 1974 à Rennes, Claire Morel vit et travaille à Rennes. Artiste autodidacte, elle dessine depuis une dizaine d’années, se nourrit d'images, et travaille sur le lien entre soi et les autres. Ce lien est un monstre qui engloutit les figures qu’elle dessine, il fragmente leurs pensées. Le corps et l’âme sont loin d'une stabilité tranquille et d'une routine sereine.

Clémentine Gaspard, mars 2017