FIAC 2016

Quoi de neuf pour la FIAC, plus grande foire d’art moderne et contemporain en France ?

Deux bonnes nouvelles qui signent le succès de cette édition 2016 qui s’est tenue ce week-end du 20 au 23 octobre 2016.

D’abord l’exposition de galeries au Grand Palais, cœur de la FIAC, a été un succès malgré un marché international de l’art un peu morose et un contexte sécuritaire français difficile. Malgré cela, tant le nombre de galeries exposantes (186) que de visiteurs (quelque 70 000 en 3 jours) se compare favorablement à ceux de 2015 et avant.

Deuxième réussite, le bon accueil réservé aux innovations hors le Grand Palais. La section dite « Hors les murs » propose depuis plusieurs années sculptures et installations dans des lieux emblématiques comme le jardin des Tuileries et la place Vendôme. La FIAC 2016 a innové à la fois thématiquement et géographiquement. Une section « On Site » a investi le Petit Palais, en face du Grand Palais, ainsi que le passage généralement fermé reliant le Petit Palais au palais de la Découverte adjacent. But de l’opération : « offrir aux galeries des conditions d’exposition à proprement parler muséales, explique Jennifer Flay, directrice de la FIAC, à proximité directe de leurs stands au Grand Palais, dans le cadre exceptionnel des espaces historiques du Petit Palais ».

Et tant qu’à faire, la FIAC a piétonnisé l’avenue Winston Churchill entre les deux palais pour l’installation à même la voie d’oeuvres d’artistes : des phrases inscrites sur le sol par Laurence Weiner, ainsi que la phrase d’Henri Michaux de 1971 « l’Art est ce qui aide à tirer de l’inertie » réalisée par l’artiste Jacques Villeglé à partir des lettres de son alphabet socio-politique récoltées patiemment depuis plusieurs décennies dans l’espace public. La place Vendôme valait également le détour, parée cette année d’un plancher de bois et de sculptures impressionnantes de Ugo Rondinone.

Jean Prouvé et Jean Nouvel : l’architecture aux Tuileries
Lieu de sculptures, le jardin des Tuileries que la FIAC investit depuis 2006 s’ouvre de plus en plus à l’architecture. Après la maison Ferembal de Jean Prouvé et le kiosque des frères Bouroullec pour la FIAC 2015 notamment, place à l’école Bouqueval (1949) de Jean Prouvé toujours et à Simple (2016), une maison d’une pièce préfabriquée en aluminium conçue par Jean Nouvel. Cet élargissement thématique, avec également une série de conférences sur le rôle de l’art dans notre société, veut installer la FIAC comme « lieu de débat et de découverte, lieu de rencontres, en somme agora moderne » en sus de son rôle commercial. Jennifer Flay n’aime pas plus l’inertie qu’Henri Michaux…

Clémentine Gaspard, octobre 2016